Menu

Hanami

Tous les ans au Japon, le fleurissement des Sakura, les cerisiers, marque une sorte de renaissance après les durs mois d'hiver. Cet événement fait partie des plus importants dans le calendrier des Japonais et beaucoup d'entre eux se rassemblent en famille ou entre collègues pour admirer les fleurs blanches ou roses, et bien sûr pour déguster ensemble quelques yakitori arrosés de bière bien fraîche. Cette année, encore plus que toutes les autres, cette renaissance est palpable partout. Le Grand Tremblement de Terre et Tsunami de l'Est du Japon ainsi que la crise nucléaire qui s'ensuivirent avaient grandement gâché le plaisir du Hanami l'an dernier et cette année, on sent que les gens sont heureux de faire redescendre la pression et pouvoir une fois de plus s'adonner à une contemplation et à un hédonisme insouciant.

Après quelques semaines de mauvais temps, ce week-end était à ne pas manquer. Tous les journaux et toutes les télévisions nous avaient prévenus, ce Dimanche 8 mai serait le moment ou jamais pour les Tokyoïtes s'ils voulaient voir les Sakura dans toute leur splendeur, car il faut dire que celle-ci est très éphémère. Cette douce fragilité est d'ailleurs ce que les Japonais apprécient le plus dans ces petites fleurs blanches à cinq pétales, véritables symboles du pays.

fleurs de cerisiers

Vivant à présent du côté de Yotsuya, je suis allé me balader près du palais impérial, puis au sanctuaire de Yasukuni en passant par le Budokan. Ce week-end marquait également la rentrée universitaire et le Budokan était le cadre de la cérémonie d'admission des nouveaux étudiants à l'Université de Tokyo.

Cérémonie au Budokan

Une fois au sanctuaire de Yasukuni, c'est vraiment là que les festivités commencèrent. De nombreux stands étaient établis le long de l'allée centrale menant au sanctuaire et ils offraient les mets délicieux et boissons rafraîchissantes sans lesquels un festival ne peut pas se dérouler. L'ambiance était détendue et les gens partageaient ensemble assis sur des nattes de bambou ou à des tables judicieusement placées à proximité des stands.

Hanami au sanctuaire de Yasukuni

Au sein du sanctuaire lui-même, l'ambiance était plus calme, des activités culturelles étaient organisées comme par exemple une cérémonie du thé. Les Sakura donnaient vraiment à l'ensemble du site un aspect encore plus remarquable. La combinaison des bâtiments de bois et des fleurs semblait tellement aller de soi qu'il était difficile de réaliser que cette parfaite symbiose ne serait l'affaire que d'une semaine ou deux, tout au plus.

symbiose des fleurs et des bâtiments en bois

Alors que les premiers pétales ont commencé à tomber, on essaie de profiter un maximum de ce spectacle rare avant que l’été, ses festivals, et sa chaleur de plomb ne mettent un terme à la douceur printanière.

À propos de l'auteur
Guillaume Erard
Biographie
Fondateur du site en 2007, Guillaume est un passionné de culture et d'arts martiaux Japonais. Après avoir pratiqué le Judo pendant l'enfance, il débute l'Aïkido en 1996 et le Daïto-ryu Aïki-jujutsu en 2008. Il détient actuellement les grades de 4e Dan en Aïkido (Aïkikaï) et 2e Dan en Daïto-ryu Aïki-jujutsu (Takumakaï). Guillaume est également passionné de science et d'éducation et il détient un doctorat en Biologie Moléculaire depuis 2011. Il vit à Tokyo et travaille comme consultant pour la recherche médicale. > Voir le profil complet

Tagged under: hanami cerisiers sakura
comments powered by Disqus

S'abonner

Saisissez votre adresse Email :

pour recevoir un Email à chaque publication.