Menu

Bien que les armes à feu fussent introduites au Japon depuis la Chine dès le 13e siècle, celles-ci étaient assez primitives et peu pratiques d'utilisation puisqu'elles consistaient en un simple tube de métal tenu à la main ou monté sur un socle. Il fallut attendre l'arrivée des Portugais en 1543, les premiers Européens à accoster sur les côtes Nippones, pour voir une avancée significative de ces armes. L'amélioration technologique de ces fusils engendra des changements radicaux dans la façon dont la guerre était conduite et on peut même dire qu'ils influencèrent toute l'histoire du Japon à cause de l'avantage qu'ils procurèrent à ceux qui choisirent d'en équiper leurs forces armées. Ceci ouvrit la voie à une véritable frénésie des armes à feu et le développement de tout un panel technique spécifique concernant l'utilisation de ces armes. Le tout fut rassemblé et formalisé au sein de la discipline appelée le Hojutsu qui vise, via les techniques de maniement, à améliorer l'efficacité de ces armes.

Bien que de la plupart des guerriers issus des écoles de bujutsu traditionnelles furent plus que réticents, voire même dédaigneux vis-à-vis de l'utilisation des armes à feu, ils vinrent rapidement à réaliser que celles-ci devaient être adoptées, en particulier suite à des événements comme la fameuse bataille de Nagashina en 1575 qui vit un groupe de paysans armés de fusils décimer les Samouraïs très entraînés de Takeda Katsuyori. Cette nouvelle arme fut baptisée le Taneshima et elle consistait en fait en une amélioration à partir des platines à mèche des soldats portugais achetées en 1543 par le seigneur Taneshima Tokitaka qui ordonna à son forgeron d'en faire des copies. Le bagage technique nécessaire à l'utilisation efficace de ces armes fut enseigné de façon systématique au sein du Hojutsu (砲術), une école traditionnelle basée sur celles antérieures formant au combat à mains nues ou avec armes blanches. Comme souvent, de nombreux groupes et styles différents émergèrent à partir de ces connaissances communes et de nos jours, de nombreuses écoles pratiquent et développent les techniques introduites 400 plus tôt. Deux de ces écoles, le Morishige-ryu fondé par Morishige Yukie Subeyoshi (1759 - 1816) et dirigé actuellement par Shimazu Kenji Sensei, et le Kawaohegan Hinawajyuu Teppoutai Hozonkai mené par Terada Zusyokonosuke Sensei, offrirent une démonstration de leur art au sanctuaire de Yasukuni à Tokyo en septembre 2011.


Pour aller plus loin :

À propos de l'auteur
Guillaume Erard
Biographie
Fondateur du site en 2007, Guillaume est un passionné de culture et d'arts martiaux Japonais. Après avoir pratiqué le Judo pendant l'enfance, il débute l'Aïkido en 1996 et le Daïto-ryu Aïki-jujutsu en 2008. Il détient actuellement les grades de 4e Dan en Aïkido (Aïkikaï) et 2e Dan en Daïto-ryu Aïki-jujutsu (Takumakaï). Guillaume est également passionné de science et d'éducation et il détient un doctorat en Biologie Moléculaire depuis 2011. Il vit à Tokyo et travaille comme consultant pour la recherche médicale. > Voir le profil complet

comments powered by Disqus

S'abonner

Saisissez votre adresse Email :

pour recevoir un Email à chaque publication.