Menu

Chiba Tsugutaka Sensei

Tous les six mois, un stage exceptionnel se déroule dans la région de Shikoku. L'évènement est notable, car il est placé sous la direction d'un des plus grands experts de Daito-ryu Aiki-jujutsu encore en vie, Chiba Tsugutaka Sensei. L'occasion est encore plus grande puisque bien des grands Sensei du Takumakai se rendent religieusement à ce stage afin de percer un peu plus les mystères de l'art transmis par Takeda Sokaku. Une occasion en or donc de voyager, apprendre, pratiquer avec les grands, et surtout partager au cours d'un weekend qui fut comme d'habitude trop court.

Shikoku est la plus petite et la moins peuplée des quatre iles principales du Japon. Se rendre là-bas depuis Tokyo n'est pas forcément aisé et cela prend, quel que soit le moyen par lequel on voyage, à peu près une demi-journée. Quelque part, c'est peut-être aussi bien qu'il faille faire un effort pour avoir accès à ce savoir. Nous embarquons donc samedi matin, Olivier et moi, à bord de l'avion de la compagnie All Nippon Airways qui va nous emmener de Haneda à Tokushima. Nous sommes accueillis à l'aéroport par Satô Hideaki Sensei, le maître du dojo de la petite ville de Wakimachi, qui va gentiment nous conduire en voiture jusqu'à son dojo où nous allons passer la nuit.

Les pratiquants de Tokyo avec Sato Sensei à l'aéroport de Tokushima

Le groupe de Tokyo avec Sato Sensei à l'aéroport de Tokushima

C'est la deuxième fois que je fais le déplacement. Lors de ma première visite, grâce à l'introduction d'Olivier Gaurin, j'ai eu l'honneur et la chance d'être reçu à bras ouverts par les pratiquants et les Sensei. Tout de suite, ils m'ont fait me sentir à l'aise, m'ont posé des tas de questions, et rapidement, m'ont démontré des principes de Daito-ryu. Je me sens extrêmement privilégié, car les étrangers ne sont pas légion ici ; avec Olivier, nous étions deux lors de ma première venue !

Petite sieste avant le cours de Sato Sensei

Petite sieste avant le cours de Satô Sensei

Le samedi soir, nous avons la chance de pouvoir participer au cours donné par Satô Sensei dans le dojo qu'il dirige depuis que Onni Sensei a arrêté d'enseigner. Satô Sensei est un élève direct de Chiba Sensei et ses techniques de Daito-ryu ont cet aspect particulier et avancé qui caractérise la pratique de Wakimachi. Takeda Tokimune, fils de Takeda Sokaku, lui-même aurait dit de l'art Daito-Ryu de Wakimachi qu'il était accompli tel : « un Daito-Ryu Honbu du Sud » (Honbu = Quartier général). Satô Sensei nous montre en effet des points très précis sur quelques techniques fondamentales pendant plus d'une heure.

Takeda Sokaku Sensei

Takeda Sokaku Sensei

Les pratiquants d'Osaka arrivent au compte-goutte, menés par Kobayashi Kiyohiro et Miki Kiyoaki Sensei, et tout le monde pratique dans le sérieux et la bonne humeur. C'est ensuite le cours enfant qui démarre. Satô Sensei me demande de travailler avec une de ses élèves ceinture noire qui a tout juste quinze ans. Quelle surprise de me voir immobilisé au sol sur Ippon-dori (Ikkyo en Aikido) sans aucune possibilité de bouger ! Pour un peu, si je ferme les yeux, je peux presque imaginer que c'est Olivier qui me tient en respect ! Les élèves de Satô Sensei font vraiment preuve d'une précision et d'une technicité qui laissent rêveur.

Documentaire sur Chiba Tsugutaka

Après le cours, les adultes restent encore pour quelques techniques supplémentaires, il est 21h00 passé et nous sommes debout depuis 5h00 du matin... Nous nous rendons enfin dans un Izakaya (taverne japonaise) très chaleureux afin de nous restaurer, boire, et parler... de Daito-ryu évidemment ! Là encore, je suis surpris par la gentillesse et l'amabilité des gens à mon égard, et ce, malgré mon faible niveau de Japonais. Nous passons une excellente soirée jusqu'à une heure du matin et le petit groupe retourne dormir au dojo afin de se reposer un peu pour le stage du lendemain.

Vue sur la montagne depuis le dojo de Wakimachi

La vue sur la montagne depuis la fenêtre du dojo le Dimanche matin

Dimanche matin, Olivier me réveille en fanfare, car nous avons l'honneur d'aller avec Satô Sensei chercher Chiba Sensei au monastère où il habite. Chiba Sensei est le supérieur d'un temple bouddhiste et il vit dans les locaux. Là-bas, nous avons la chance de passer près d'une heure en sa compagnie à boire du thé vert et écouter ses histoires non dénuées d'une bonne dose d'humour. Sensei nous montre même d'anciens documents comme des photos d'archives et des rouleaux où sont consignés les noms des techniques composant le répertoire du Daïto-ryu. Preuve de l'âge des documents, les techniques sont écrites avec d'anciens caractères peu utilisés de nos jours. Devant cet homme de 80 ans passés et ses trésors martiaux, je me sens vraiment tout petit, mais je ne perds pas une miette de ce qu'il me montre. Au bout d'un moment Satô Sensei nous rappelle qu'il faut partir et nous embarquons tous les quatre à bord de sa voiture en direction du dojo.

Rouleau technique de Daito-ryu

Rouleau des 118 techniques de base du Daïto-ryu

Là-bas, les pratiquants sont déjà prêts et le stage commence sur les chapeaux de roues. Les techniques que Chiba Sensei démontre paraissent très simples, mais sont en fait d'une incroyable minutie technique. Chiba Sensei est un élève de Nakatsu Heizaburo Sensei, l'un des élèves directs de Takeda Sokaku Sensei qui fut également autrefois un très grand Judoka. Malgré le fait qu'il ne fut pas un élève direct de Takuma Hisa Sensei, Chiba Sensei a formé les plus grands du Takumakai, dont Kawabe Takeshi et Araki Masunori Sensei, parmi bien d'autres. Chiba Sensei démontre avec beaucoup d'humour, à la Japonaise, sans beaucoup d'explications, mais heureusement, les grands maîtres du Takumakai comme Kobayashi, Abe, Araki, et bien d'autres tournent et nous aident de façon très pertinente et informelle.

Chiba Sensei expliquant une immobilisation

Chiba Sensei expliquant une immobilisation

Il est déjà l'heure d'aller déjeuner et les pratiquants se rendent ensemble dans un restaurant de Udon, les grosses nouilles de blé japonaises. Là encore, nous sommes honorés de pouvoir manger à la table de Chiba, Onni, et Satô Sensei, une occasion d'en entendre encore des vertes et des pas mûres au sujet du bon vieux temps !

Guillaume Erard et Olivier Gaurin avec Chiba Tsugutaka Sensei

Guillaume Erard et Olivier Gaurin aux côtés de Chiba Tsugutaka Sensei après le déjeuner

On reprend le stage l'après-midi dans les mêmes conditions. Cette fois-ci, c'est Araki Sensei qui vient me voir et qui me demande, « tu fais partie des 20% ou des 80% ? » en riant. Je regarde Olivier interloqué. Araki Sensei me demande de le saisir le plus fort possible et de tout faire pour lui résister. Il me projettera sans trop de difficulté sur morotedori ou encore ryotedori et surtout, sans jamais sortir ni de la saisie, ni me surprendre ou me frapper, ou ni même me rendre la prise difficile. Il s'en va en riant et lâche un : « Toi tu es dans les 80%... ».

Chiba Sensei effectuant un point de pression sur Guillaume Erard

Chiba Sensei effectuant un point de pression sur moi (photo par Olivier Gaurin)

Olivier m'explique qu'Araki Sensei dit que les mouvements marchent sur 8 personnes sur 10, mais que pour 2 d'entre elles, dont Olivier fait partie, c'est plus difficile. Très bien Araki Sensei, je prends note de la leçon. C'est une des bonnes choses du Daïto-ryu : c'est un système rationnel qui marche ou pas, sans que l'on utilise de « trucs » ou recoure à des « punitions ». Je compte cependant travailler et passer dans la catégorie des 20%, et surtout essayer de le montrer à Araki Sensei, et à la première occasion !

Chiba Sensei expliquant un mouvement à Olivier Gaurin

Chiba Sensei expliquant un mouvement à Olivier Gaurin

Au bout des cinq heures de stage, ma tête est totalement pleine de détails et d'informations et je suis vidé physiquement. On passe à la traditionnelle photo de groupe et tout le monde plie son hakama, toujours dans la bonne humeur. Malheureusement, il est déjà l'heure de retourner sur Tokyo, mais nous avons vraiment hâte de mettre en pratique les techniques reçues aujourd'hui et on attend bien sûr, avec impatience, le prochain stage dans six mois !

chiba-seminar-01

La photo de groupe en fin de stage


Pour aller plus loin :

À propos de l'auteur
Guillaume Erard
Auteur : Guillaume ErardSite web : http://www.guillaumeerard.fr
Biographie
Fondateur du site en 2007, Guillaume est un passionné de culture et d'arts martiaux Japonais. Après avoir pratiqué le Judo pendant l'enfance, il débute l'Aïkido en 1996 et le Daïto-ryu Aïki-jujutsu en 2008. Il détient actuellement les grades de 4e Dan en Aïkido (Aïkikaï) et 2e Dan en Daïto-ryu Aïki-jujutsu (Takumakaï). Guillaume est également passionné de science et d'éducation et il détient un doctorat en Biologie Moléculaire depuis 2011. Il vit à Tokyo et travaille comme consultant pour la recherche médicale. > Voir le profil complet

Autres articles sur le sujet