Critique de film : Udon (2006)

Critique de film : Udon (2006)

Réalisé en 2006 par Katsuyuki Motohiro, ce film nous dévoile un monument de la culture gastronomique japonaise : l'Udon, sorte de nouille, spécialité de la préfecture de Kagawa et origine de l'aventure surprenante qu'elle a fait vivre à tous ses habitants.

Comme nous allons découvrir une région précise du Japon et sa spécialité locale, un minimum de rappels de géographie s'impose pour commencer. Le Japon est un archipel constitué de plusieurs milliers d'îles mais de 4 principales : du nord et sud Hokkaïdô, suivie de Honshû, puis Shikoku et enfin Kyûshû tout au sud-ouest. La préfecture de Kagawa se trouve au nord de l'île de Shikoku, elle a une superficie de 1861,7 km2 pour presque 980 000 habitants. 

udon-08L'action du film se passe au nord de l'ïle de Shikoku

C'est à cet endroit que nous allons suivre les aventures de Kosuke Matsui, fils du propriétaire d'un restaurant d'udon rejeté par son père depuis son départ pour les Etats-Unis. Après un échec cuisant dans ses tentatives pour devenir humoriste là-bas, le retour du fils prodigue au pays ne sera pas très facile, il lui faudra trouver du travail pour payer ses dettes et il va se faire embaucher dans une petite maison d'édition pour vendre des guides touristiques. Payé à l'exemplaire vendu, il réalise par hasard qu'il y a encore un marché bien plus intéressant à prendre : le guide gastronomique. C'est ainsi qu'il va lancer sans le savoir l'engrenage qui fera connaître les Udon locaux à tout le Japon. L'Udon a beau être un plat très populaire au Japon, l'engouement que ce petit guide suscite atteint très vite une dimension nationale. 

udon-06La préfecture de Kagawa est remplie de restaurants d'Udon qui vont tous être testés par Kosuke et son équipe.

L'Udon est un plat de pâtes fabriquées à partir de blé, d'eau et de sel. Détail particulier : la pâte est pétrie plusieurs fois avec les pieds avec des périodes de stockage à température contrôlée entre deux, avant d'être soigneusement étalée et découpée avec des gestes bien précis en lamelles qui feront des pâtes de 2 à 4 mm d'épaisseur, soit les plus épaisses qui soient. Après 10 à 15 minutes de cuisson, elles pourront être dégustées chaudes ou froides, dans un bouillon, assaisonnées selon votre goût. C'est une recette traditionnelle japonaise, contrairement aux ramen qui viennent de Chine, et les habitants de Shikoku en mangent vraiment tous les jours, un certain Guillaume Erard peut en témoigner car il en mange matin, midi et soir lorsqu'il se rend là-bas en stage de Daito Ryu avec Chiba Senseï ! 

udon-03Matin, midi et soir !

L'afflux impressionnant de touristes gastronomiques sera une véritable aubaine pour la région, mais aura également quelques conséquences néfastes, comme les rues salies par la foule ayant laissé ses déchets (immédiatement ramassés par les habitants eux-mêmes), ou un restaurant obligé de fermer suite à une plainte du voisinage mécontent des trop nombreuses voitures mal garées à cause de l'absence de parking. Le regard de Kosuke lorsqu'il réalise que tout n'est finalement pas si positif et que l'aventure sera forcément éphémère en dira long, d'autant que le réalisateur a eu l'idée originale de faire raconter l'histoire par une voix off qui intervient ponctuellement, ce qui met un rythme particulier et accentue certains détails ou émotions.

A noter également l'apparition onirique de Captain Udon qui fait directement référence aux super héros classiques du genre japonais, tels Bioman, Sankukaï et autres X-Or des années 1980. Il semble que le cinéma japonais soit assez friand de ce type de référence, on peut se souvenir du personnage de Suzuki Auto dans Always Sanchôme qui devient un Super Saien comme dans Dragon Ball lorsqu'il fait sa violente crise de colère, ou de l'apparition de Godzilla au début du second volet de cette même trilogie.

udon-04« A l'instant où vous créez quelque chose de nouveau, vous commencez à détruire quelque chose d'ancien »

Aussi surprenant que cela puisse paraître pour les non-initiés, ce film est bel et bien tiré d'une histoire vraie. En effet, le « boom de l'Udon » décrit ici a bien eu lieu en 1993 suite à la parution d'une série de 5 livres vantant les qualités gustatives de cette spécialité par un éditeur local. Le Festival de l'Udon de Sanuki (ancien nom de la préfecture de Kagawa) a lui aussi bien lieu, il s'agit en fait de la Journée de l'Udon célébrée chaque année le 2 juillet. Le renommée de l'Udon est telle que c'en est est devenu le symbole de la région au-delà de l'imaginable : depuis la signature d'un accord avec la Poste, il est possible depuis 2011 d'adresser du courrier non pas à la préfecture de Kagawa, mais à la Préfecture de l'Udon ! 

udon-07Le Festival de l'Udon de Sanuki

D'un premier abord un peu niais, surjoué et exagéré sur fond comique (comme souvent dans le cinéma japonais), ce film finit cependant par nous surprendre par la profondeur des messages et leçons de morale qu'il véhicule. Par ailleurs, la particularité de l'enseignement à la japonaise est également mise en évidence avec le personnage de Ryoichi Fujimoto qui a appris à préparer l'Udon en regardant faire le père de Kosuke pendant des années sans toutefois l'avoir jamais fait lui-même. C'est ce qu'on appelle le "mitorigeiko", s'entraîner en regardant.

Dans bien des domaines, l'élève doit se contenter de regarder ou d'assister son maître pendant très longtemps avant d'avoir le droit de pratiquer à son tour, puis il répète indéfiniment jusqu'à avoir atteint le niveau souhaité. Nombreux sont les reportages à avoir montré cette façon typiquement japonaise de travailler. Les amateurs de katana par exemple auront peut-être vu l'un de ces reportages sur la fabrication traditionnelle artisanale des katanas avec le fameux acier Tamahagane où l'assistant devra attendre de très nombreuses années à regarder son maître faire avant d'avoir le droit à son tour de travailler l'acier. 

udon-02 Les amitiés se lient autour d'un bol d'Udon[/caption] Le casting du film vaut son pesant d’or lui aussi : tous les acteurs principaux ne sont pas des novices en la matière, déjà plus ou moins connus pour différents rôles au cinéma ou à la télévision et même pour certains le chant et la musique. On pense notamment à Jin Katagiri, l’un des membres du duo comique les “Rahmens” qui s'est fait connaître en apparaissant dans la désopilante série de vidéos humoristique sur la culture japonaise : “The Japanese Tradition”, une excellente série de courts métrages tournant en dérision les éléments typiques de la vie japonaise (à l'origine destinée au public local, les vidéos ont été sous-titrées en anglais et sont disponibles sur internet). Un autre nom sort également du lot : Tortoise Matsumoto qui est également guitariste et leader du groupe Ufuls, et dont on peut également voir sur internet la vidéo de son interview de Mick Jagger ! Après avoir vu ce film et en avoir profité pour apprendre la recette de l'Udon, vous devriez normalement, si ce n'était pas déjà le cas, avoir enfin conscience que la gastronomie japonaise ne s'arrête vraiment pas aux sushis, maki et autres sashimi... et avoir faim aussi à force de les regarder goûter toutes les variétés d'Udon !

Bande annonce du film UDON

Image

À-Propos

Site officiel de Guillaume Erard, auteur, instructeur et vidéaste résident permanent au Japon - 5e Dan Aïkido du Hombu Dojo de l'Aïkikai de Tokyo / 5e Dan Kyoshi (professeur) de Daïto-ryu Aïki-jujutsu du Shikoku Hombu Dojo.