Finale du Grand Tournoi d’Été de Sumo à Tokyo

Le Dimanche 20 mai était la quinzième et dernière journée du Grand Tournoi d’Été de Sumo qui a lieu annuellement à Tokyo au Ryogoku Kokugikan. Cette année, c'est le mongol Kyokutenho qui, à l'age avancé de 37 ans, à réussi le pari incroyable de gagner face a son cadet Tochiozan qui partait pourtant favori. Chose rare dans ce monde de codes strictes et de retenue, des larmes de joies ont coulé sur les joues du géant sorti vainqueur. Je vous propose de revenir sur cette journée exceptionnelle en images et en vidéo.

À l'image de nos grandes rencontres de football Européennes, les tickets pour les derniers jours du basho avaient tous été vendus des mois auparavant et c'est grâce a mon ami et Aikidoka extraordinaire Manolo San Miguel que Megumi et moi-même avons pu nous rendre à la finale.

Dès l'arrivée devant l'arène du Kokugikan, l'ambiance est posée. Les flamboyantes bannières portant les noms des combattants battent au vent pendant que le son des tambours résonne du haut des tourelles situées non loin. L'entrée Sud permet également aux spectateurs d'accueillir les combattants qui arrivent au compte-goutte en fonction de leur heure de passage.

 

Bannières des lutteurs de Sumo

Une fois à l'intérieur, on se rend compte de la popularité que le Sumo a au Japon, et ce malgré les nombreux scandales de corruption qui ont entaché la discipline, forçant à annuler le tournoi l'année passée. Tout autour de l'arène, les portraits des 32 derniers champions sont exposés. Ils sont en fait des photographies géantes recouvertes de peinture à l'huile. Deux panneaux lumineux géant sont également accrochés en hauteur et ils donnent les résultats des combats de la journée ainsi que les techniques décisives.

L'aire de combat du KokugikanL'aire de combat du KokugikanNous avons la chance de disposer des deux box accommodant chacun quatre personnes. Situées plus bas dans l’arène que les gradins, ils donnent une vue imprenable sur l'aire de compétition. Régulièrement, des employés en hakama apportent du thé et de la nourriture aux spectateurs assis à cet étage. Une chose intéressante est que les spectateurs étrangers peuvent louer un set de réception afin de pouvoir bénéficier de commentaires en Anglais (de 16h00 à 18h00) pour seulement 100 Yen (2000 Yen de caution).

Le groupe d'heureux supportersLe groupe d'heureux supporters

Les combats durent toute la journée mais il est permit de quitter le Kokugikan via la porte Sud où on vous tamponnera la main avec un tatouage invisible détectable sous U.V. Cette procédure n'est par contre possible qu'une fois par personne. Pour ceux qui souhaitent rester, des boutiques sont disponibles afin d'acheter des paniers repas variés (bento) et des boissons (dont de la bière et du saké). On peut d'ailleurs déguster le met de choix des Sumos, le "Chanko", qui est en fait un potpourri de légumes, viandes, et autres ingrédients bouillis dans de larges marmites. Cet plat est servi au Kokugikan de midi à 16h00 et il coûte seulement 250 Yen.

Présentation des Sumos de la classe intermédiairePrésentation des Sumos de la classe intermédiaireLa journée démarre à 8h40 avec les combats entre apprentis Sumo non-classés. Viennent ensuite les lutteurs Jonokuchi, du rang le plus faible, suivis de ceux du makushita (juniors). Les Sumo de la division intermédiaire (Juryo) arrivent vers 14h00 et ils commencent a combattre à 14h50. Avant cela, ils exécutent la danse traditionnelle vêtus de leurs tabliers de cérémonie (kesho-mawashi). Ces lutteurs sont considérés comme de vrais professionnels du Sumo. Une fois les combats de la division Juryo finis, le président de la Nihon Sumo Kyokai monte sur le ring accompagné des quatre Sumo les plus hauts classés (yokozuna, ozeki, sekiwake, et komusubi) afin de délivrer son discours d'introduction.

[caption id="attachment_416" align="aligncenter" width="960"]Sumos prêts a en découdreSumos prêts a en découdreLes combattants de la division supérieure (makuuchi) montent sur le ring à 15h50 afin de prendre part à leur tour au kesho-mawashi. Juste après, c'est le yokozuna, accompagné de deux assistants, qui vient saluer la foule sous les applaudissements. Les combats de la division makuuchi commencent à 16h15 précise et la salle est à présent totalement comble. A 17h15, le jour de la finale, les trois meilleurs combattants des divisions est et ouest montent sur le ring pour une brève cérémonie. Les combats ensuite reprennent jusqu'à 17h55 et la journée se conclut sur la "danse de l'arc" (yumitori-shiki). Il s'ensuit la remise des trophée dont le trophée de l'empereur et le vainqueur a l'occasion de donner un long discours pour célébrer sa victoire.

La coupe de l'EmpereurLa coupe de l'Empereur


Pour aller plus loin :

Image

À-Propos

Site officiel de Guillaume Erard, auteur, instructeur et vidéaste résident permanent au Japon - 5e Dan Aïkido du Hombu Dojo de l'Aïkikai de Tokyo / 5e Dan Kyoshi (professeur) de Daïto-ryu Aïki-jujutsu du Shikoku Hombu Dojo.