Comment obtenir un Visa Vacances-Travail pour le Japon ?

Comment obtenir un Visa Vacances-Travail pour le Japon ?

Durant la préparation de mon dossier pour la demande d'un visa vacances-travail, j'ai bien évidemment fait le tour des forums anglophones et francophones ainsi que des différents blogs traitant du sujet. Comme souvent, j'y ai trouvé énormément d'informations utiles, mais malheureusement fréquemment contradictoires. Je vous propose dans cet article de faire le tour des points essentiels à observer pour être sûr que votre application soit couronnée de succès. Tout d'abord, je tiens à préciser que cet article concerne spécifiquement la procédure de demande en France. Chaque pays participant à ce programme a des requêtes particulières en fonction de la destination, mais aussi de l'origine de la demande. Tous les documents nécessaires sont disponibles sur le site de l'ambassade du Japon en France.

Ensuite, je tiens à vous rassurer tout de suite, selon les informations que j'ai eues, les quotas de visas vacances-travail délivrés par l'ambassade du Japon en France (550 du 1er janvier au 31 décembre 2004) ne sont apparemment pas atteints rapidement, peut-être ne sont-ils même pas atteints du tout. De plus, une fois à l'ambassade, il a été fréquemment rapporté par vos prédécesseurs que les personnes s'occupant de la réception des dossiers sont très sympathiques et feront le maximum pour vous aider si votre application semble sérieuse. D'ailleurs, je vous conseille fortement de vous présenter à la première heure dès l'ouverture des bureaux (9 h 30), car il est fort probable que quelques modifications à votre candidature seront à faire. La personne recevant le dossier n'est pas celle qui décidera de délivrer ou non le visa vacances-travail, mais gentiment, elle prendra le temps de parcourir vos documents et de vous guider sur les choses à faire et ne pas faire (tel que nous verrons plus bas). Tout d'abord, avant de vous lancer, je vous conseillerais tout de même de passer un petit coup de fil à l'ambassade du Japon en France pour être sûr que vous êtes éligible et que vous comprenez bien ce qui est attendu de vous. Il est aussi bon de noter que selon votre lieu de résidence, vous vous rendrez soit à l'Ambassade du Japon à Paris, soit au Consulat général du Japon à Strasbourg, ou bien le Consulat général du Japon à Marseille, ou encore le Bureau consulaire du Japon à Lyon. Encore une fois, un simple petit coup de fil pourrait bien vous économiser un billet de train... Toutes les informations et documents au sujet des visas vacances-travail au Japon sont disponibles ici, mais je vais faire de mon mieux pour préciser les points essentiels.

Étape 1 - Conditions préalables d'éligibilité pour l'attribution d'un visa vacances-travail

Posséder un passeport français en cours de validité

C'est une évidence, mais vu le nombre de Français ne disposant que d'une carte d'identité, il me semble bon de le rappeler : un visa n'est pas un passeport !

Ne pas avoir bénéficié antérieurement de ce programme

Selon mon expérience, il s'agit de ne pas déjà avoir bénéficié d'un visa vacances-travail au Japon. À l'ambassade, j'ai fait la connaissance d'une jeune femme qui revenait d'un an passé en Australie dans le cadre d'un visa vacances-travail et qui s'en est vu délivrer un pour le Japon en même temps que moi. En conclusion, n'hésitez pas, partez à la découverte du monde !!

Disposer des ressources financières nécessaires pour subvenir aux besoins au début du séjour (2500€ ainsi que le billet d'avion aller et retour, dont la date de retour est modifiable sur un an ou bien 4000€)

Une des questions qui revient souvent est celle du billet d'avion et des ressources financières. Sachez qu'il n'est absolument pas nécessaire d'avoir un quelconque billet d'avion ; ni aller, ni retour pour le Japon. En fait, j'aurais même tendance à penser qu'il est un peu ridicule d'acheter un billet n'étant pas certain si oui ou non, on va obtenir le visa. De plus, selon mes recherches, les prix des billets dits « ouverts » dépassaient très souvent les 4000 euros nécessaires à l'obtention d'un visa vacances-travail sans billets d'avion. Au sujet des ressources, billet d'avion ou pas, peu de gens ont la possibilité de mettre de côté 2500 ou 4000 euros pour le voyage. D'après beaucoup de témoignages que j'ai eus, les candidats se font prêter de l'argent par des amis ou des proches, le temps d'obtenir une attestation de la banque justifiant de la présence des fonds. Si c'est ce que vous comptez faire, sachez que nous sommes très chanceux en France par rapport au Royaume-Uni, car chez nous, une attestation tamponnée et signée de votre banquier suffit. En Angleterre, on vous demandera un relevé des trois derniers mois et évidemment, si des mouvements de fonds suspects ou récents y figurent, on risque de vous demander des comptes. Donc si vous êtes Français, demandez bien une attestation et surtout pas un relevé bancaire à votre banque. Encore une fois, le tampon est la signature sont très importants, ne vous contentez pas d'imprimer votre solde via Internet, cela ne suffira pas.

Étape 2 - Rassembler les pièces du dossier

Un formulaire de demande de visa vacances-travail à compléter et à signer par le(la) requérant(e)

Rien de bien compliqué là-dedans, écrivez lisiblement.

Une photographie d'identité

Ne vous cassez pas la tête, la photo figurant sur votre visa proviendra de votre passeport donc pas besoin de passer des heures à trouver une machine ou un photographe accrédité pour les photos de passeport. Celle-ci n'a que l'utilité de mettre votre bouille sur le formulaire.

Un curriculum vitae

Le format est libre, mais sachez que les Japonais tiennent souvent à voir une photo sur le curriculum vitae. Étant donné que ce sera sûrement le curriculum vitae que vous utiliserez pour trouver du travail au Japon, je vous conseille de bien le préparer, ce sera toujours ça de fait. Au sujet de la photo justement, messieurs, le costume et la cravate sont de rigueur et pensez à vous raser, car la barbe n'est pas spécialement bien vue. Aussi, prenez une photo en buste, pas de gros plan, car les Japonais ont tendance à penser que si la photo est en gros plan sur le visage, c'est que vous tentez de dissimuler votre embonpoint !! Soyez concis, les Japonais préfèrent les gens performants dans une ou deux choses plutôt que ceux qui en mettent trop et qui passeront pour médiocres en tout. Pensez aussi à traduire votre curriculum vitae soit en Anglais, soit en Japonais, car le Français vous sera inutile là-bas. Vous pouvez télécharger ici une copie de mon curriculum vitae en Anglais et en Français.

L'ambassade du Japon en France

Un programme de séjour pour la durée d'un an ainsi que la description des activités rémunérées que le (la) requérant(e) souhaite exercer au Japon (voir un modèle)

C'est là que beaucoup de gens ont des problèmes. Les informations à ce sujet sont très contradictoires d'une personne à l'autre et surtout d'une ambassade à l'autre. Encore une fois, ce que j'écris aujourd'hui concerne les autorités japonaises en France. Une chose très importante est que ce programme doit être précis et concis !! On m'a fait réécrire à la main tout mon programme lors de mon dépôt de dossier, car il était trop long. Ayant voulu bien faire j'ai mis moult détails sur les activités que je comptais faire et les lieux que je souhaitais visiter au Japon alors qu'au final, la mention « visite de la région » ou « tourisme » aurait bien suffi. Pensez bien que la personne a d'autres choses à faire que de lire la copie d'un guide touristique. Maintenant, ce qu'il est très important de mentionner est votre emploi du temps et votre budget. Soyez sûrs que la personne à l'ambassade sera munie de sa calculatrice (ou son boulier !) et calculera vos estimations de salaire par rapport à vos dépenses et le solde devra absolument être positif. Inscrivez aussi le temps à votre disposition par rapport à votre programme, allez-vous travailler à plein temps ou mi-temps ? Allez-vous pratiquer un sport ou prendre des cours ? Réfléchissez bien à votre emploi du temps et rappelez-vous qu'une journée c'est 24 heures et qu'il faut dormir ! Une estimation de votre salaire sera absolument nécessaire ainsi que celle de vos dépenses en logement. Il est fortement recommandé d'écrire que vous avez pris contact avec telle ou telle entreprise qui propose de vous employer. Il est évidemment très difficile d'avoir une garantie de ce type, mais écrivez au moins le nom d'une entreprise ou deux sur votre dossier. Écrivez-leur ou bien appelez-les, même en cas de réponse négative, c'est un contact établi. Souvenez-vous tout de même que vous appliquez pour un visa vacances-travail et malgré le fait que le gouvernement japonais détesterait vous voir sans ressources au Japon (car vous seriez un problème potentiel pour leurs services...), ne vous trouvez pas dans la situation où un fonctionnaire vous demandera pourquoi vous n'avez pas demandé un visa de travail seulement. Le secret est de diviser votre séjour en trois ou quatre périodes dans des villes différentes afin de bien montrer que vous avez la volonté de voir du pays. Un autre élément important est de donner des informations sur vos lieux de résidence et le budget occasionné. Auberge de Jeunesse, Bed and Breakfast, Hôtel, etc., à vous de voir. Évidemment, rien ne vous oblige à vous en tenir à votre plan, montrez juste que vous avez pris le temps de vous renseigner. En ce qui me concerne, j'avais la chance d'avoir des amis qui ont proposé de m'héberger pendant mon séjour. J'ai donc inscrit leurs adresses sur mon dossier et j'ai juste mentionné que je participerais au loyer a hauteur de XX ¥/mois. Pour vous aider, mon plan de séjour est téléchargeable ici. Au total, une page devrait vous suffire pour ce programme. Éliminez le superflu et inscrivez bien les détails mentionnés ci-dessus.

Une lettre expliquant les raisons pour lesquelles le (la) requérant(e) souhaite séjourner au Japon (usage de papier format A4)

Là aussi, soyez concis, une page suffit. L'important est de bien expliquer pourquoi vous avez choisi le Japon et pas une autre destination. C'est aussi ici que vous vous emploierez à expliquer que vous ne partez pas sur un coup de tête et que vous ne retournerez pas dans les jupes de votre mère à la première difficulté. Que ce soit la musique, la mode, les mangas, les arts martiaux ou la langue, soyez précis et convaincants ! Vous pouvez lire ma lettre de motivation en suivant ce lien.

Un certificat médical attestant la bonne santé du (de la) requérant(e)

Celui-là est facile. Faites juste attention à ce qu'il soit raisonnablement récent.

Étape 3 - Dépôt du dossier de demande de visa vacances-travail

La demande de visa est à déposer le matin entre 9 h 30 et 12 h 30 du lundi au vendredi

Encore une fois, allez-y tôt, on ne sait jamais, vous pourriez avoir à modifier quelques documents. Très important, la demande de visa vacance-travail est à déposer en personne pour les Français résidant en France. Moi je résidais en Irlande et il a donc fallu que je me déplace en personne à Paris pour déposer mon dossier. Je suis également allé récupérer mon visa en personne, ce n'est pas obligatoire, mais je préférais ne pas prendre de risques. Pour les gens résidant hors de France, pensez bien que votre passeport sera retenu par l'ambassade jusqu'à ce qu'ils vous délivrent le visa, attention donc à la frontière.

Etape 4 - Yatta ! J'ai mon visa vacances-travail, et après ?

Une fois délivré, le visa vacances-travail est valable pendant un an et votre période d'un an démarrera au passage de la frontière au Japon.

passeport visa vacances-travailVoici mon visa vacances-traval. Notez que la durée de séjour (page de gauche, en bas à gauche) est d'un an à partir de mon entrée sur le territoire Japonais et n'est donc pas la date de péremption de mon visa (page de droite, en haut à gauche). Sur la page de gauche, en haut à gauche figure également mon « re-entry permit » multiple.

Vous avez donc largement le temps de bien vous préparer avant de partir. Attention, le visa sera collé dans votre passeport. J'avais personnellement l'intention de me rendre au Japon pour quelques semaines quelques mois avant mon « vrai » départ, mais sachez que c'est impossible. Dès le passage à la frontière, c'est bien votre visa vacances-travail qui sera tamponné et donc pas moyen d'aller entre temps au Japon sous un visa touristique. Aussi, souvenez-vous que si vous étiez amené à sortir du Japon pendant la période d'un an, vous auriez besoin d'un « re-entry permit » à votre retour au Japon sous peine de perdre les bénéfices de votre visa vacances-travail. L'obtention d'un tel permis est simple, mais cela peut prendre 2 semaines, souvenez-vous-en, ne faites pas comme un excellent ami à moi qui s'est retrouvé coincé en Thaïlande...


Pour aller plus loin :

Image

À-Propos

Site officiel de Guillaume Erard, auteur, instructeur et vidéaste résident permanent au Japon - 5e Dan Aïkido du Hombu Dojo de l'Aïkikai de Tokyo / 5e Dan Kyoshi (professeur) de Daïto-ryu Aïki-jujutsu du Shikoku Hombu Dojo.