Menu

Katsura Sunshine

J'ai récemment été invité à diriger un atelier sur l'Aikido durant un symposium de quatre jours sur le thème du "MA" (間) ayant lieu à l’Université de Tohoku située à Sendai dans le Nord-Est du Japon. Le symposium regroupait une quinzaine de personnes issues des sciences et des arts, tous experts reconnus de leurs disciplines respectives. Parmi ces nombreuses rencontres, j'ai pu faire la conaissance de Katsura Sunshine (桂 三輝), de son vrai nom, Gregory Robic, un Canadien pouvant se vanter d’être l'unique maître non-Japonais de Rakugo (落語, littéralement "les mots qui tombent") à être officiellement reconnu par le Kamigata Rakugo Association.

Le Rakugo est une forme d'humour japonais datant du début de l’Ère Edo (1603 - 1868), mais dont les racines remontent bien plus loin, au 9e ou 10e siècle, qui consiste à raconter des histoires en position de seiza (正座, litt. s'asseoir correctement) avec comme seuls accessoires un éventail en papier et un morceau de tissus. Le comédien joue plusieurs rôles et la forme, le ton, et le niveau de langage, sont extrêmement codifiés. Le pratiquant de Rakugo est appelé un Rakugoka. Tout comme en Budo, l'apprentissage du Rakugo se fait de maître à disciple durant de longues années, dont plusieurs en tant qu'uchi deshi (内弟子), l'élève à domicile, qui apprend au plus près de son maître et le sert dans les tâches ménagères, et kaban mochi (鞄持ち), le porteur de sac, qui suit son maître et l'assiste dans ses déplacements. Sunshine fut l'uchi deshi du célèbre Katsura Bunshi VI (六代桂 文枝) pendant trois ans. Tous deux apparaissent régulièrement à la télévision japonaise et Sunshine est actuellement en train d’établir son show sur Broadway à New York.

sunshine-bunshiKatsura Sunshine en compagnie de son maître, Katsura Bunshi VI

Naturellement, notre discussion a porté sur nos disciplines respectives et leur apprentissage, ainsi que la préservation et la diffusion de ces héritages culturels japonais, et nous sommes tombés d'accord sur le fait que l'on ne peut connaitre vraiment son art que si l'on baigne au moins pendant un temps dans le contexte socio-culturel qui l'a vu naître. Selon les mots de Sunshine, "vivre au Japon et servir son maître n'a rien à voir avec le Rakugo, mais c'est absolument essentiel pour vraiment le maîtriser". Je pourrais facilement citer ses mots et les faire miens car je suis complètement d'accord. Bien que l'on peut tout-à-fait pratiquer et s’épanouir dans l'Aïkido, on ne peut vraiment le comprendre qu'en étudiant sa culture et la langue qui l'ont vu naître, la simple étude étymologique des termes, ou historique des usages, peut totalement réorienter la pratique.

Katsura Sunshine sur CBC

Sunshine n'est cependant pas un traditionaliste, au contraire, puisqu'il s’efforce de faire connaître le Rakugo en dehors du Japon, et il effectue certaines de ses performances en Anglais. N'importe qui parlant plus d'une langue sait que l'humour est extrêmement difficile à traduire ou adapter, mais Sunshine parvient à transporter son public de novices au-delà des différences culturelles et à rendre ses histoires aussi drôles pour les japonais que pour les anglophones.

Katsura Sunshine présentant son Rakugo en Anglais

En fait, cette rencontre n’était pas ma première expérience du Rakugo car Miki Kyoaki Sensei, l'un de mes professeurs de Daito-ryu Aiki-jujutsu est lui-même un pratiquant enthousiaste de l'art, qu'il présente parfois même dans la langue de Shakespeare. On peut d'ailleurs l'entrevoir dans cet autre documentaire présentant Sunshine.

Documentaire sur Katsura Sunshine

Il fut vraiment intéressant pour moi de pouvoir réfléchir à ce genre de questions et l'approche positive, innovante, mais ancrée dans une solide tradition de Sunshine va je pense être une grande source d'inspiration pour moi lors de la préparation de mes stages et conférences en dehors du Japon à l'avenir.

À propos de l'auteur
Guillaume Erard
Biographie
Fondateur du site en 2007, Guillaume est un passionné de culture et d'arts martiaux Japonais. Après avoir pratiqué le Judo pendant l'enfance, il débute l'Aïkido en 1996 et le Daïto-ryu Aïki-jujutsu en 2008. Il détient actuellement les grades de 5e Dan en Aïkido (Aïkikaï) et 3e Dan en Daïto-ryu Aïki-jujutsu (Takumakaï). Guillaume est également passionné de science et d'éducation et il détient un doctorat en Biologie Moléculaire depuis 2011. Il vit à Tokyo et s’entraîne au Hombu Dojo. > Voir le profil complet

Tagged under: Rkugo Katsura Sunshine