Shinsengumi, patriotes ou assassins ?

Shinsengumi, patriotes ou assassins ?

Les Shinsengumi, avec leurs haori bleus et blancs caractéristiques et facilement reconnaissables, sont l'une des forces armées les plus célèbres de l'histoire du Japon. Tant à la télévision qu'au cinéma, d'innombrables adaptations ont été faites de leur histoire, plus notamment pour nous Occidentaux, dans les films Gohatto (litt. : Taboo) abordant les mœurs des Samouraï, et le plus récent Mibu gishi den (When the last sword is drawn) traitant de la fin des Shinsengumi. Dans le monde du manga, plusieurs personnages secondaires du célèbre Rurouni Kenshin sont membres du Shinsengumi.

Il y a quelque temps, j'ai écrit au sujet de l'ouverture forcée du Japon par le commodore Matthew C. Perry via la signature du traité de Kanagawa le 31 Mars 1854 ayant abouti à la mise à disposition des ports de Shimoda et Hakodate pour permettre le commerce avec les États-Unis. Cet événement sans précédent dans l'histoire japonaise a évidemment causé des changements et des perturbations majeurs au niveau politique. En particulier, il a exacerbé les tensions entre Tokugawa Iemochi, le 14ème Shogun résidant à Edo, et les loyalistes impériaux basés à Kyoto. Ces tensions ont abouti à l'organisation d'une réunion extraordinaire à Kyoto en 1863 entre le Shogun et l'Empereur Komei afin de discuter de la mise en œuvre d'un nouvel édit Imperial appelant à l'expulsion des étrangers hors du Japon.

Afin de protéger le Shogun au cours de ce voyage, le Roshigumi (litt. : Les défenseurs de Kyoto), une force armée spéciale se composant de 234 ronin a été mis en place par Kiyokawa Hachiro. Le groupe nouvellement formé est parti pour la capitale impériale le 26 Mars 1963 mais malheureusement pour le Shogun, la véritable allégeance de Kiyokawa s'est avérée être en faveur de l'Empereur et lorsque cette trahison a été découverte, la majorité des hommes du Roshigumi a été ordonnés de retourner à Edo. 

shinsengumi-matsuri-05Shinsengumi, revu et corrigé façon comédie musicale.

Fondation et rôle

Treize ex-membres du Roshigumi sont restés à Kyoto et ont formé une nouvelle force appelée le Shinsengumi (litt. : Nouvelle Equipe) ayant la particularité d’être le premier groupe de combat comprenant des guerriers issus de classes non-Samuraï (agriculteurs, commerçants, artisans, etc.). Le Shinsengumi a rapidement été divisé en trois factions rivales, respectivement dirigées par Serizawa Kamo, Kondo Isami et Tonouchi Yoshio. Certains conflits intrinsèques ont entraîné le meurtre de Serizawa par Kondo et Tonouchi, ce qui a permis plus tard à Kondo prendre le commandement de l'ensemble du Shinsengumi. Le Shinsengumi s'est ensuite vu accorder l'autorisation par le puissant clan Aizu - loyaliste à Tokugawa - de faire la police de Kyoto. La popularité du Shinsengumi a atteint son pic en 1864 avec la suppression d'une cellule de révolutionnaires qui aurait permis d’empêcher la mise à feu de Kyoto. Le groupe comptait à un moment plus de 300 guerriers.

Pendant la violente guerre civile de Boshin qui a opposé l'empereur Meiji, ayant récemment recouvré le pouvoir, au 15ème Shogun Tokugawa Yoshinobu, le Shinsengumi a combattu de nombreuses batailles aux côtés de ce dernier, notamment la bataille de Toba-Fushimi. La guerre a néanmoins conduit à la chute d'Edo et à la défaite de Tokugawa, et de nombreux membres du Shinsengumi ont été tués, y compris Kondo. Les quelques survivants se sont rendus. 

shinsengumi-matsuri-06Un grand nombre de femmes font partie du groupe de cascadeurs et leur agilité impressionne

Shinsengumi dans la culture populaire

L'image du Shinsengumi dans la culture populaire du Japon est extrêmement positive, elle les représente en héros patriotiques suivant un code de conduite strict. Les historiens cependant, dessinent une image plus nuancée de cette force armée autoproclamée et quelques autres vont jusqu’à suggérer que ceux-ci se conduisaient bien souvent comme des brutes sanguinaires.

Festival célébrant les Shinsengumi à Hino (Tokyo)

Pour en savoir plus sur Shinsengumi, je vous recommande la lecture du livre "Shinsengumi The Shogun's Last Samurai Corps". shinsengumi-tuttle

 

 

 

Image

À-Propos

Site officiel de Guillaume Erard, auteur, instructeur et vidéaste résident permanent au Japon - 5e Dan Aïkido du Hombu Dojo de l'Aïkikai de Tokyo / 5e Dan Kyoshi (professeur) de Daïto-ryu Aïki-jujutsu du Shikoku Hombu Dojo.